14 octobre 2019

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\views\itemlist\view.html.php on line 176

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596
Hicham Azmi

Hicham Azmi

 

 

 

 

Comme convenu, une assemblée des Ingénieurs USFP-Casablanca s’est déroulée le Jeudi 09/05/2013 au siège régional du parti. L’objet de la réunion a été de reconstituer le bureau du secteur des Ingénieurs USFP de Casablanca. Cette rencontre a été présidée par la camarade Hanane Rihab membre du bureau politique du parti.

Au début de la réunion, le camarade LHARK a rappelé le rôle que jouent les Ingénieurs dans le développement du pays. Il a exhorté l’ensemble des membres présents à multiplier les efforts pour renforcer significativement le secteur. Pour sa part, la camarade Rihab Hanan a dressé un état des lieux exhaustif de la situation politique du pays, elle a également rappelé les différentes actions entreprises par la direction du parti, depuis le neuvième congrès, dans le but de renforcer l’outil organisationnel.

Par la suite, les camarades présents ont élu un bureau composé de dix membres :

Coordonateur : Hicham Azmi.

Adjoint du Coordonateur : Mounir Tantaoui El Araki.

Rapporteur : Fatima Zohra Serhane.

Adjoint du rapporteur : Mustapha El Gharbaoui.

Chargés de missions : Tarik Bouchris, Ali Maassoudi, Yazid Berrada, Rachid Saigh, Reda Hachadi et Ihssane Zourar.

Le nouveau bureau tient à remercier chaleureusement la coordination sortante et à sa tète le camarade EL HAREK et s’engage à déployer les efforts nécessaires au rayonnement des valeurs de notre parti et au développement de notre patrie. 

Hicham Azmi.                                                            

Coordonateur des Ingénieurs-USFP de Casablanca

Le premier secrétaire du parti, le camarade Driss Lachgar a été l’invité hier 31/01/2013 de l’émission politique « 90 minutes pour convaincre ». Les questions de l’animatrice et des acteurs politiques et associatifs présents sur le plateau ont été focalisées principalement sur la situation interne du parti, le type d’opposition que compte exercer le parti dans les années à venir ainsi que les initiatives envisagées de regroupement de la grande famille Ittihadia et des forces de gauche en général.

Au niveau de la situation interne du parti, le Premier Secrétaire a précisé qu’il est dorénavant le Secrétaire de l’ensemble des Ittihadis. Il a rappelé que l’USFP était un parti socialiste et démocratique, de ce fait, il est normal qu’il soit traversé par des courants et des points de vues multiples. Cette diversité accompagnée par une véritable démocratie interne est un avantage précieux pour le parti, précise le Premier secrétaire. Il s’est engagé à mettre en œuvre dans les plus brefs délais les décisions politiques et organisationnelles issues du congrès.

Concernant le type d’opposition, le Premier secrétaire a expliqué que l’opposition de l’USFP sera à la fois institutionnelle et populaire. L’opposition institutionnelle se fera, au cas par cas, avec les partis qui partagent le même avis sur des dossiers précis alors que l’opposition dans la société reposera sur le renforcement des structures locales du parti et l’ouverture sur l’ensemble des forces de gauche et de progrès présentes sur le terrain social. 

Le Premier Secrétaire n’a cessé de répéter, lors de cette émission, qu’il œuvrera à rassembler les différentes composantes historiques de la Famille Ittihadia et l’ensemble des partis de gauche. Il a expliqué que les différences existantes aujourd’hui entre les forces de progrès sont largement dépassées par les enjeux stratégiques auxquels est confrontée la société marocaine.    

 Lien pour visionner l’émission 

 

dimanche, 30 décembre 2012 23:48

François Hollande 2013

Le discours du président François Hollande, prévu ce lundi 31/12/1012 à l’occasion du nouvel an, est fortement attendu par la classe politique française et l’ensemble des citoyens qui s’intéressent à la vie publique. Le Président aura moins de dix minutes pour transmettre un message d’optimisme en dépit de la crise économique régnante et de l’aggravation de la situation de l’emploi.

«Il faut donner de l’espérance, sinon, comment mobiliser le pays?», indique un proche collaborateur du chef de l’Etat. Depuis des semaines, François Hollande affirme à son entourage que la crise financière et de l’euro « est derrière nous ». Il reste, reconnaît-il, à sortir de la crise économique qui impacte le climat social du pays. En effet, et d’après les dernières statistiques, près de 29.300 personnes supplémentaires ont rejoint la masse des chômeurs en fin de Novembre.

A l’Elysée, on assure que la baisse du chômage est la priorité nationale N°1 de l’exécutif, les responsables assurent également percevoir la «grande inquiétude» des catégories populaires et des classes moyennes. François Hollande aura donc à cœur de faire valoir les réformes engagées par le gouvernement: emplois d’avenir, contrats de génération, pacte de productivité...

Il rappellera aussi sans doute la priorité qu’il accorde à un accord des partenaires sociaux sur la réforme du marché du travail, à dix jours d’une rencontre décisive. Le président en attend un nouveau contrat social reflétant la «démocratie sociale» promise dès juin 2011, à l’aube de la primaire socialiste.

Les vœux du Président seront enregistrés en fin d’après-midi du lundi et diffusés en léger différé, à 20 heures précises, sur de nombreuses antennes de radio et de télévision.

François Hollande entend donc réinvestir le champ de la politique intérieure. Il en a donné un nouveau signe jeudi, avec une visite matinale à Rungis, et se rendra, sitôt ses vœux prononcés, dans un «service d’urgence» quelque part en région parisienne.

dimanche, 30 décembre 2012 23:23

Hommage au militant Ittihadi Abdellah Cherkaoui.

Les associations AKouas de Abi El Jaad et chouala ont organisé vendredi 28/12/2012 une soirée d’adieu en l’hommage du défunt Abdellah Cherkaoui au complexe culturel de Maarif.

Tous les courants politiques étaient représentés à cette cérémonie qui a été marquée par la présence de plusieurs leaders de premier plan. Les amis et les proches du défunt ont pris la parole, ils ont rappelé les qualités de l’Homme en relation avec ses contributions dans les champs politique et syndical, et en tant que père de famille. Le camarade Abelwahad Erradi a souligné dans son allocution devant le public présent que ABdellah Cherkaoui a servit son parti et sa nation avec abnégation. Les réalisations au niveau de la commune de Maarif, dont il a été Président pendant trois mandats successifs, attestent du sérieux, du dynamisme et de la créativité du défunt. Sa contribution, au niveau de la deuxième chambre du parlement, a été également d’une très grande utilité pour le parti, précise l’ancien Premier secrétaire du parti de la rose.

La question du transfert de l’Offshoring refait surface en France, la principale association professionnelle des informaticiens français dénonce, dans un communiqué récent, un prêt accordé par l’Agence française de développement, d’un montant de 100 millions d’euros, destiné au refinancement des activités offshoring développées par la société Casanearshore, filiale à 100% de MEDZ. Ce prêt entre dans le cadre d’une convention signée le 12 décembre à l’occasion du Forum économique franco-marocain tenu en marge de la visite  du Premier ministre Jean-Marc Ayrault au Maroc.

L’association estime qu’il y’a absence d’intérêt économique pour la France sur le plan de l’emploi. « Il n’y a aucun intérêt économique et aucun retour gagnant pour la France sur le plan de l’emploi à vouloir favoriser l’offshoring dans le monde», précise son communiqué.

Il est a rappeler que le « partage de la valeur ajoutée » a été l’un des axes les plus importants évoqué par le Premier ministre français  lors de sa dernière visite au Maroc, ce dernier a qualifié le partenariat Maroc-France , dans ce domaine ,de «partenariat gagnant-gagnant» en parlant de «colocalisation» et non de « délocalisation ».

Il faut savoir que beaucoup de recherches ont été effectuées pour mesurer de façon objective les effets des transferts sur l’économie française, la quasi-totalité de ces études a montré l’existence d’effets positifs sur la croissance économique du pays.

Driss Lachgar a été élu, dimanche à Bouznika, nouveau premier secrétaire de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), à l’issue du second tour de l'élection qui s'est déroulée dans le cadre du 9e congrès national du parti. Les élections des autres instances dirigeantes sont reportées ultérieurement.

Les militants Ittihadis attendent beaucoup de la nouvelle direction qui sortira des urnes. En effet, les chantiers sont nombreux. Parmi les plus urgents figurent la mise en œuvre de la nouvelle constitution, la clarification de la ligne politique à adopter à court et moyen terme et la reconstruction de l’appareil organisationnel sur des bases modernes et démocratiques.

La banlieue de Damas est désormais au cœur des combats en Syrie. L'aviation continue à bombarder des quartiers situés au sud-est de la capitale, rapporte mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Depuis près d'une semaine, l’armée mène une opération visant à reprendre un rayon de huit kilomètres autour de la ville sous contrôle de l’opposition armée.

Interrogé par une télévision française, un rebelle a affirmé, mardi, que l’Armée syrienne libre (ASL) prenait le dessus sur les forces régulières. "Nous avons parcouru une grande partie de Damas. (…) Nous contrôlons plus de 56 % des environs", a-t-il déclaré.

Par ailleurs, et selon la télévision d’État, une école en banlieue de Damas a été la cible d’une attaque des rebelles qui aurait tué plusieurs élèves.

Malgré tout, cette progression est encore trop faible, selon certains observateurs, pour pouvoir affirmer que les rebelles sont capables de prendre le centre et l’ouest de la capitale où se situe l’essentiel de la force du pouvoir. "Il y a une forme d’équilibre favorable aux rebelles mais cela ne permet toutefois pas de penser qu’ils vont prendre le contrôle de la ville dans les prochaines semaines." Affirme un envoyé spécial.

C’est ce mercredi 12 décembre que doit être inaugurée la première ligne de tramway de Casablanca construit par le groupe français Alstom. L’inauguration aura lieu en présence du roi Mohamed VI et du Premier ministre français Jean-Marc Ayrault. Cette ligne de tramway traversera la capitale économique d’Est en Ouest sur 31 km.

Thierry de Marjerie président d’Alstom au Maroc en charge des travaux déclare : « Casablanca est une ville de plus de cinq millions d’habitants, qui était congestionnée avec un réseau de transport encore limité. Et le tramway va lui apporter la fluidité dont elle a besoin pour accélérer son développement économique ».

En tout 31 km de rails, et 48 stations, c’est l’une des plus longues lignes au monde. Le tramway reliera ainsi le quartier populaire de Sidi Moumen à celui des universités. Quelque 250 000 personnes pourront monter à bord chaque jour.

Il Reste le plus difficile : à savoir, convaincre une partie des casablancais d’abandonner leur voiture au profit de ce transport en commun et maintenir durablement les meilleures conditions de sécurité et de quiétude au niveau de l’environnement du Tramway.

Le secteur des Ingénieurs USFP-Casa a organisé le 28/09/2012, en collaboration avec le secrétariat régional du grand Casablanca, une conférence-débat sous le thème « Transport et mobilité au sein de Casa : Situation actuelle et perspectives d’avenir », au complexe culturel de Sidi Belyout. Cette conférence a été animée par le camarade KAMAL DAISSAOUI , Président de la commune de Sidi Belyout et membre du conseil de la ville.

Le camarade Othman Michbal, membre du secteur des Ingénieurs USFP, a mis en exergue la problématique des transports et ses implications sur la vie quotidienne des casablancais, il a ensuite cédé la parole au camarade EL Harek Si Mohammed, Coordonateur du secteur au niveau du grand Casablanca, qui a présente à l’auditoire le parcours académique, professionnel et politique du conférencier. Kamal DAISSAOUI prend ensuite la parole, il informe les Ingénieurs et militants présents qu’il s’appuiera sur les résultats d’une étude scientifique menée en 2008. Selon cette étude, 51% des casablancais se déplace à pied, 16 % en voiture, 14% en Autobus, 14, 2% en taxi et 3,5% en moto. Par ailleurs, les résultats montrent également que la route de Médiouna est la plus dense en termes de débit et que l’autoroute urbaine est saturée avec ses 130000 véhicules qui l’utilisent, en moyenne,  quotidiennement. L’étude montre aussi l’inadéquation de la technologie des contrôleurs des feux aux différents carrefours de la métropole et un important déficit au niveau des places de stationnement. Il est à noter que le pourcentage des utilisateurs des autobus est en diminution, il a été de 18% en 1975 contre 14% en 2008. Toujours d’après les projections issues de l’étude, si rien n’est fait d’ici 2020, la situation va s’empirer avec l’augmentation des véhicules et la diminution du parc relatif au transport collectif (Autobus), ce scénario aurait, principalement, des répercussions négatives sur la qualité de l’air et la qualité de vie des citoyens casablancais.

Ainsi, une politique volontariste des pouvoirs publics est nécessaire afin d’améliorer cette situation, A ce sujet, le camarade Kamal a cité les mesures indispensables, selon l’étude, à mettre en œuvre dans les plus brefs délais :

  1. L’augmentation de l’offre des transports collectifs (Autobus) pour desservir les trajets les moins denses. Le camarade Kamal a rappelé, à ce sujet, que l’activité du transport collectif est, par définition, déficitaire. Par conséquent, l’implication de l’état, au moyen de subventions, s’avère nécessaire.
  2. Réorganisation des taxis et redéfinition de leurs rôles.
  3. Création de couloirs pour bus.
  4. Mise en place d’une politique adéquate de stationnement et réorganisation des feux.
  5. Création d’une ligne RER reliant Nouacer et le centre de la ville.
  6. Mise en place d’un métro desservant les quartiers situés entre Hay Salama et l’avenue Mohamed VI.
  7. Création de deux lignes de Tramway supplémentaires.

Une fois que le camarade Kamal ait finit son exposé, une dizaine de personnes présentes ont pris la parole pour poser des questions et animer le débat. Ces questions ont concerné la qualité des bus, le benchmark avec les métropoles analogues, l’approche participative avec les citoyens, la circulation des poids lourds, le schéma directeur du transport, la sécurité routière, l’état des chaussées et des trottoirs, la circulation des personnes à mobilité réduite, la signalisation routière, les couloirs pour ambulance, la sécurité au sein des transports collectifs et la vision actuelle des pouvoirs publics.

Le camarade DAISSAOUI a bien voulu répondre à l’ensemble des questions, il a affirmé, entre autre, que la délégation du transport collectif était une erreur stratégique. A la fin de cette rencontre, le camarade Othman a remercié le conférencier et l’auditoire présent et a annoncé l’organisation de la prochaine conférence dans les semaines à venir.

Le secteur des ingénieurs USFP de Casa, en collaboration avec le secrétariat régional, a organisé une conférence débat animée par Mr CHACKIB BENMOUSSA Président du conseil économique et social le lundi 13/08/2012 a l’hotel Idou Anfa.

Après une introduction des camarades LHAREK Mohammed et Tarik BOUKHRISS respectivement Coordonateur et membre du secteur des Ingénieurs USFP de Casa, et devant une salle archi comble, Mr CHAKIB BENMOUSSA a indiqué que l’emploi des jeunes a été l’un des sujets étudiés par le conseil économique et social. A cet effet, la commission permanente du CES chargée des affaires de la formation, de l’emploi et des politiques sectorielles a mené des travaux qui ont aboutit à un rapport intitulé : « L’emploi des jeunes ». Ce rapport a été validé à l’unanimité par l’assemblée générale du conseil économique et social fin 2011.

Mr BENMOUSSA a commencé par dresser la situation actuelle de l’emploi de façon générale et de l’emploi des jeunes  plus particulièrement : Un taux de chômage avoisinant les 15% pour les jeunes ayant 15-34 ans et 17% pour ceux ayant 15-24 ans, 69% des jeunes en chômage le sont depuis plus d’une année, 75% des diplômés de l’enseignement supérieur sont chômeurs de longue durée. Parallèlement à ces chiffres, l’emploi des jeunes reste assez précaire, il est caractérisé généralement par l’absence de contrats, une faible rémunération et l’absence de protection sociale.

Le conseil économique et social, selon BENMOUSSA, a identifié trois axes sur lesquelles des « inflexions » sont indispensables pour assurer la dynamisation de l’emploi et propose des mesures urgentes pour accélérer le processus :

1- Le modèle de la croissance économique :

Les propositions formulées concernent l’orientation de l’épargne et l’investissement vers les secteurs à forte valeur ajoutée et la stimulation de l’innovation afin d’améliorer la productivité et assurer la croissance future. Ce nouveau modèle doit également, selon BENMOUSSA, s’appuyer sur l’économie sociale et solidaire et sur l’entreprenariat responsable.

2- Réforme en profondeur du système éducatif et de la formation :

Le CES préconise une réforme profonde du dit système dans la mesure où les jeunes doivent acquérir un sens aigu de la responsabilité et développer le sens de l’initiative. L’adéquation des formations avec les besoins de l’économie et le rapprochement de l’université des différents secteurs productifs sont des chantiers clé selon BENMOUSSA.

3- La gouvernance territoriale :

La mise en œuvre de la régionalisation avancée, stipulée dans la nouvelle constitution, permettra de libérer les énergies et de mener des projets territoriaux d’envergure.

Par ailleurs, le conseil économique et social a retenu deux principes directeurs pour une nouvelle politique publique de promotion de l’emploi des jeunes :

  • Dépassement des dispositifs en vigueur de promotion de l’emploi des jeunes :

L’évaluation faite aux trois programmes pour la promotion de l’emploi, lancés depuis 2006, à savoir : Idmaj, Taahil et Mokawalati fait ressortir des résultats contrastés. Le CES propose de revoir ces trois dispositifs.

  • Recadrage de la gouvernance de la promotion de l’emploi et développement de l’intermédiation sur le marché de travail :

Le CES préconise également l’amélioration de la gouvernance des organismes publics en charge de la promotion de l’emploi dans une optique régionale et l’élargissement des missions d’intermédiation sur le marché de travail.

4- Les mesures proposées :  

Le CES propose des mesures, à caractère urgent, pour booster l’emploi des jeunes :

  • Refonte des organismes de promotion de l’emploi actuel et création de nouvelles institutions :

Le CES propose la création de deux nouveaux organismes : un conseil national de promotion de l’emploi avec des antennes régionales et un observatoire national de l’emploi et de la formation. Il préconise la restructuration de l’ANAPEC et la mise à disposition de Ressources financières suffisantes à même de mettre en œuvre les politiques régionales retenues.

  • Encouragement à la création des TPE et de l’auto emploi :

Le CES préconise la création et le parrainage des TPE au moyen de structures dédiées et la mise en place des mesures pour encourager l’auto emploi à travers la valorisation, au niveau régional, de certaines filières et l’amélioration de l’accès au financement : INDH/Micro crédit/Banques/Fonds régionaux.

  • L’emploi aidé au profit des jeunes en chômage de longue durée :

Le CES propose que des associations/organismes exerçant dans  le social emploient des jeunes diplômés pour accomplir des activités sociales et civiques moyennant une rémunération et une protection sociale et ce pendant une durée maximale d’un an renouvelable une fois. L’expérience est reconnue par une attestation délivrée par l’Etat et permet, à compétences égales, un recrutement prioritaire dans les concours de la fonction publique.

  • L’employabilité des jeunes :

Ce volet est intimement lié avec  la qualité de la formation à tous les stades. L’amélioration de l’employabilité implique également le département de la formation professionnelle et les entreprises. Elle nécessite une refonte des contrats spéciaux de formation et l’encouragement du mode de formation en alternance pour certaines filières industrielles.

  • L’amélioration du dispositif réglementaire :

L’amélioration de la compétitivité nécessite, selon BENMOUSSA, un changement des textes juridiques régissant les relations de l’emploi dans une perspective de plus de flexibilité.

Un riche débat a suivi la présentation de BENMOUSSA, les questions des participants ont concerné principalement le système de l’enseignement, le code du travail, la compétitivité de l’économie marocaine, la protection sociale, le rôle de l’état ainsi que la façon d’opérationnaliser les mesures proposées par le CES.

A la fin, le camarade LHAREK a remercié BENMOUSSA pour la clarté et l’exhaustivité de sa présentation et l’a invité pour une prochaine fois afin de poursuivre et approfondir le débat.

Page 1 sur 2