Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596
Imprimer cette page
vendredi, 30 novembre 2012 00:48

Le discours de Mahmoud Abbas à l'ONU (extraits en français)

Écrit par  Mahmoud Abbas
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Voici des extraits du discours de Mahmoud Abbas a l'ONU

Le discours complet est en téléchargement en bas de l’article

"Je présente mes félicitations a l'Etat du Soudan du Sud pour son adhésion a l'ONU a indiqué Mahmoud Abbas en guise d'introduction."

"Nous avons essayé tous les contacts officiels pour recevoir les propositions, mais tous ces efforts faisaient face au rocher de l'entêtement israélien." 

"Tous les espoirs ont avorté depuis les accords de 1993." 

"Les autorités israéliennes n'ont rien fait pour arrêter les activités de ses colons. Je mets en garde : cette politique de colonisation menace la solution à deux Etats qui fait l'objet d'un consensus international et je mets en garde : cette politique de colonisation menace aussi la structure, voire l'existence de l'Autorité palestinienne.

Tout ce que fait Israël est constitué de mesures unilatérales... c'est l'armée israélienne qui décide de confisquer nos terres, notre accès à l'eau.

Tous les efforts et tentatives des parties internationales ont été sapés par les positions du gouvernement israélien qui ont ruiné les espoirs nés de la reprise des négociations en septembre dernier.

Nous avons accepté la création de l’état palestinien sur seulement 22% des frontières de la Palestine historique...

La réalisation d'une paix juste et globale passe par la libération des prisonniers palestiniens. 

L'OLP s'attache à rejeter toutes les formes de violence, y compris le terrorisme d'Etat. Nous respecterons les accords signés par l'OLP et Israël

Notre peuple va continuer la résistance pacifique contre la colonisation.

Nous avons la main tendue. Travaillons pour construire un avenir de paix. Bâtissons des ponts de dialogue au lieu de construire des murs. 

Il est inutile d'entrer en négociation sans une base claire, sans un calendrier précis. 

Notre peuple attend la réponse du monde entier.  

Nous sommes le dernier peuple de la planète sous occupation.

Je suis venu aujourd'hui depuis la Terre sainte, et je dis après 63 ans de souffrance, ça suffit. 

Il est temps que le peuple palestinien obtienne sa liberté. 

Tous les paysans arabes mettent l'accent sur la démocratie par le biais du Printemps arabe.  

Aujourd'hui, l'heure de la Palestine a sonné. Aujourd'hui, les Palestiniens doivent vivre sans crainte ; les enfants doivent aller à l'école sans être confrontés à des barrages.  

Les paysans palestiniens doivent pouvoir cultiver leur terre sans crainte, sans que les oliviers soient arrachés par les colons.

La question centrale ici est que le gouvernement israélien refuse de s’engager en termes de référence, sur des négociations fondées sur le droit international et les résolutions des Nations Unies, et qu’il a frénétiquement continué à intensifier la construction de localités sur le territoire de l’État de Palestine.

Les activités de colonisation incarnent le cœur de la politique d’occupation militaire coloniale de la terre du peuple palestinien et montre à tous de la brutalité de l’agression et de la discrimination raciale contre notre peuple entraînés par cette politique. Celle-ci, qui constitue une violation du droit international humanitaire et des résolutions des Nations Unies, est la cause principale de
l’échec du processus de paix.

Le gouvernement d’Israël n’hésite pas à se vanter en disant qu’il continue de confisquer les terres palestiniennes pour y construire de nouvelles unités d’habitations en Judée-Samarie et en particulier à Jérusalem-Est. La construction du « mur d’annexion » mange de grandes étendues de notre terre, divisant nos villes en îlots séparés.

La puissance occupante continue également de refuser de permettre à notre peuple de construire dans Jérusalem-Est occupée, alors qu’elle intensifie sa campagne de démolition, de confiscation de maisons, déplaçant les propriétaires palestiniens de chez eux. Une politique à plusieurs volets de nettoyage ethnique visant à nous pousser loin de notre patrie ancestrale.

La puissance occupante continue également d’entreprendre des fouilles archéologiques qui menacent nos lieux saints, et ses points de contrôle militaires empêchent nos citoyens d’avoir accès à nos mosquées et églises. Et ils continuent d’assiéger la ville sainte avec un anneau de colonies, pour séparer la ville sainte du reste des villes palestiniennes.

Dans le même temps, la puissance occupante continue d’imposer son blocus sur la bande de Gaza et à cibler les civils palestiniens par des assassinats, des attaques aériennes et d’artillerie, continuant sans cesse son agression d’il y a trois ans qui a abouti à des destructions massives de maisons, d’écoles, de mosquées… Et à la mort de milliers de martyrs.

La puissance occupante continue également ses incursions dans les domaines de l’Autorité Nationale Palestinienne avec des raids, des arrestations, des meurtres et des checkpoints. Ces dernières années, des actions criminelles menées par des milices armées de colons criminels ont intensifié leurs attaques contre notre peuple, ciblant nos maisons, écoles, universités, mosquées, champs, cultures et arbres. En dépit de nos avertissements répétés, la puissance occupante n’a pas freinée ses attaques et nous les tenons responsables pour les crimes de leurs colons.

Ce ne sont là que quelques exemples de la politique de l’occupation colonisation israélienne, et cette politique est responsable de l’échec persistant des tentatives successives de sauvetage du processus de paix.

En 1974, notre défunt dirigeant Yasser Arafat est venu ici et a assuré les membres de l’Assemblée Générale de notre poursuite éternelle pour la paix, exhortant les Nations Unies à réaliser les droits nationaux inaliénables du peuple palestinien, en déclarant : « Ne laissez pas le rameau d’olivier tomber de ma main ».

Ainsi, nous avons convenu d’établir l’État de Palestine sur seulement 22% du territoire historique de Palestine – sur toutes les terres palestiniennes occupées par Israël depuis 1967.

Voici les 5 objectifs du peuple palestinien :

a : L’objectif du peuple palestinien est la réalisation de ses droits nationaux inaliénables dans l’État de Palestine indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur toutes les terres de la Judée-Samarie, y compris Jérusalem-Est, et la Bande de Gaza, et les terres occupées par Israël depuis la guerre de juin 1967, en conformité avec les résolutions internationales. Et de convenir d’une solution à la question des réfugiés palestiniens, conformément à la résolution 194. Pour atteindre une paix juste et durable, nous exigeons également la libération de tous les prisonniers et détenus politiques des prisons israéliennes, sans délai.

b : L’OLP et le peuple palestinien adhérent à la renonciation à la violence et à son rejet et condamnent le terrorisme sous toutes ses formes, notamment le terrorisme d’État, et adhérent à tous les accords signés entre l’Organisation de libération palestinienne et Israël.

c : Nous adhérons à la possibilité de négocier une solution durable au conflit, conformément aux lois internationales. Ici, je déclare que l’Organisation de Libération Palestinienne est prête à retourner immédiatement à la table des négociations sur la base des termes d’une cessation complète des activités de colonisation.

d: Notre peuple va continuer sa résistance populaire pacifique face à l’occupation israélienne et à sa politique de colonisation et d’apartheid et face à la construction du Mur d’annexion raciste.

e: Nos efforts ne visent pas à isoler Israël ou à le délégitimer mais plutôt à acquérir une légitimité à la cause du peuple de Palestine. Nous avons seulement pour but de délégitimer les activités de colonisation, l’occupation et l’apartheid impitoyable, et nous croyons que tous les pays du monde sont avec nous à cet égard.

12. C’est un moment de vérité et mon peuple est en attente d’entendre la réponse du monde. Va-t-il permettre à Israël de poursuivre son occupation ? De rester un État au-dessus des lois ?  De rejeter les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU et de l’Assemblée Générale ?  Et de la Cour Internationale de Justice ?

Je viens devant vous aujourd’hui de la Terre Sainte, la terre de Palestine, la terre du divin message, de l’ascension du Prophète Muhammad (paix soit sur lui) et de la ville natale de Jésus Christ (que la paix soit sur lui), pour parler au nom du peuple palestinien qui vit dans sa patrie ou en diaspora, pour dire que 63 ans après la Nakba, il est temps de dire assez. Il est temps pour le peuple palestinien de gagner son indépendance. De mettre fin à la souffrance, à la détresse de millions de réfugiés de Palestine dans le monde. De mettre fin aux déplacements et de réaliser leurs droits.

Le temps est venu pour nos hommes, femmes et enfants de vivre une vie normale, d’être capable de dormir sans s’attendre au pire le lendemain, pour les mères d’être assurés que leurs enfants rentrerons chez eux sans crainte d’être assassinés, arrêtés ou humiliés. Les étudiants doivent être en mesure d’aller dans leurs écoles et universités  sans checkpoints. Le temps est venu pour les malades d’être en mesure d’atteindre les hôpitaux normalement. Et pour les agriculteurs d’être capable de prendre soin de leur bonne terre sans crainte de l’occupation, du vol de terre, de l’eau, des colons, de la construction des colonies, du déracinement des oliviers de notre terre. Le temps est venu pour les milliers de prisonniers d’être libérés des prisons et de retourner dans leurs familles pour construire une patrie.

Je tiens à vous informer que j’ai transmis à SE Ban Ki Moon, une demande d’admission de la Palestine, sur la base des frontières du  4 Juin 1967, avec AI-Qods AI-Sharif comme capitale, comme un membre à part entière de l’Organisation des Nations Unies.
J’appelle Monsieur le Secrétaire général à accélérer la transmission de notre demande au Conseil de Sécurité et j’invite ses membres distingués à voter en faveur de notre adhésion pleine et entière. J’invite également les États qui n’ont pas encore reconnu l’État de Palestine à le faire.

Lu 2384 fois
Se connecter ou s'enregistrer pour pouvoir commenter et poster vos commentaires, en haut de la page (connexion).