20 juillet 2019

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596
Secteurs

Le Groupe socialiste à la Chambre des représentants interpelle toutes les composantes du gouvernement et à leur tête, le ministère de la Justice et des Libertés, sur la nature des mesures entreprises pour faire face aux violations dont sont victimes les mineurs. Une catégorie sociale vulnérable qui a le droit à la protection la plus totale.
Face à la recrudescence de la violence  sous toutes ses formes contre les mineurs en général et les petites filles en particulier, à travers les kidnappings et les viols, et face aux graves violations et les crimes odieux  qui coûtent la vie à certains d’entre eux ou leur occasionnent des handicaps physiques et psychiques plongeant, par là même, leurs familles dans le malheur. Cette violence qui vise les mineurs les prive de leur droit de vivre en sécurité au sein de leur famille, d’exister, de vivre en dignité et au développement.
Devant ces graves violations que subit l’enfance marocaine et qui donnent par ailleurs une image sombre des droits de l’Homme dans leur globalité et des droits de l’enfant en particulier, ce qui va à l’encontre de la législation nationale et des conventions internationales, et partant de là, nous interpellons  toutes les composantes du gouvernement, le ministère de l’Intérieur, en particulier,  sur la nature des mesures entreprises pour faire face aux violations dont font l’objet les mineurs. Une catégorie sociale vulnérable qui a le droit à une protection sans faille.
Ahmed Zaidi
Président du Groupe socialiste

Naguère érigé en modèle démocratique en Afrique de l’Ouest, le Mali s’est enlisé  dans une situation de non-droit où l’impunité règne et où la corruption de la classe politique, le népotisme, la complicité avec les terroristes et la collusion avec les trafiquants de drogues sont  devenus monnaie courante, abandonnant les Maliens à un destin tragique. Un tour d’horizon qu’Ibrahim  Boubacar Keita, candidat aux prochaines élections présidentielles, n’a pas manqué de faire lors d’une conférence tenue au siège central de l’USFP à Rabat sous le thème  «  La situation au Sahel et les défis de la reconstruction du Mali ». Tous les clignotants sont au rouge, mais à la veille des prochaines échéances électorales, les espoirs sont permis. Evoquant la situation actuelle qui sévit dans le pays, l’intervenant n’a pas trouvé mieux que cette maxime « Gérer, c’est prévoir », pour l’illustrer. Chose qui n’a  malheureusement pas été prise en compte. « Tout ce qui est arrivé au Mali était  prévisible mais le gouvernement n’a rien entrepris pour l’éviter malgré la multitude de mises en garde qui lui ont été faites », s’insurge-t-il. Et du coup,  la question  du Nord-Mali, qui s’inscrit donc dans une très longue série de rébellions armées qui viennent ponctuer son histoire, a été  propulsée au-devant de la scène. L’insatisfaction des populations nomades du Nord, le cycle de violences et de représailles quasiment continu et l’affaiblissement progressif des structures de l’Etat malien ont débouché sur un bras de fer entre les parties belligérantes. Ces dernières  n’ont eu de cesse de chercher une issue au conflit. L’occasion pour  M. Boubacar Keita de revenir sur l’accord d’Alger qu’il a dénoncé encore une fois. Selon lui « les dispositions de cet accord sont une insulte pour l’intelligence des Maliens ».  D’aucuns parmi les militants maliens les ont qualifiées d’« accords de la honte ». Signés le 4 juillet 2006, les accords d’Alger pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal prévoient une démilitarisation du Nord et la création « d’unités spéciales mixtes » composées en grande partie de Touaregs. En d’autres termes, l’armée malienne se retire d’une partie importante du territoire national au profit d’unités spéciales composées d’anciens rebelles. Le leader malien y voit même une atteinte à la souveraineté malienne.
 Mais depuis un an et demi, c’est vraiment la descente aux enfers. Le coup d’Etat  militaire du 22 mars 2012  a servi d’occasion pour les rebelles du Nord d’avancer dans leur conquête de certaines  régions déstabilisant fortement le pays. Par ailleurs, comme l’a rappelé encore M. Boubacar Keita, le retour de Libye d’anciens mercenaires de Kadhafi et notamment de leur arsenal d’armement a en quelque sorte servi d’étincelle à un cocktail explosif dont tous les éléments étaient déjà réunis. C’est ainsi que «quelque 3000 tonnes de matériel militaire sont passés au Mali », a encore précisé l’intervenant en évoquant  la chute en cascade de plusieurs villes du Nord et le MNLA qui a tout massacré sur son passage. Heureusement, le pays a été sauvé in extremis par l’intervention française. « L’opération Serval a sauvé ce qui pouvait l’être encore au Mali » a-t-il clamé.
Malgré tout, M. Boubacar Keita  se veut très rassurant quant à l’avenir du pays.  Instaurer la démocratie à travers les futures présidentielles est un défi à relever. Il s’engage à refonder l’Etat et à veiller  à la promotion des ressources humaines qui, selon lui, détiennent irrémédiablement les clés de la réussite.

 

Driss Lachgar : Il ne saurait y avoir de démocratie avec la pauvreté et l'ignorance

Le Premier secrétaire de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar a appelé les pays européens du Nord de la Méditerranée à soutenir les jeunes démocraties et les aider à relever les défis du développement, car «il ne saurait y avoir de démocratie avec la pauvreté et l'ignorance».
 M. Lachgar, qui conduit une délégation de l’USFP au deuxième congrès du Forum démocratique pour le travail et les libertés (Ettakatol - Tunisie), a affirmé à l'ouverture, vendredi, de cette rencontre, qu'il est légitime d'interroger ces pays «qui ont colonisé le Sud de la Méditerranée pendant de longues décennies et ont profité de ses richesses, sur ce qu'ils ont apporté aux jeunes démocraties dans cette région».
 Rappelant que les pays européens ont clairement soutenu, lors des années 70 et 80, l'émergence de démocraties telles que celles de l'Espagne, du Portugal et de la Grèce, le Premier secrétaire de l'USFP a, d'autre part, évoqué la situation dans le Sahel et le Sahara, marquée par la prolifération des trafics de drogue et d'armes et la multiplication de groupes terroristes et qui «constituent la véritable menace pour ces jeunes démocraties».
 Par ailleurs, M. Lachgar s'est félicité des choix et orientations de la formation tunisienne Ettakatol «qui a fait de son congrès un espace de dialogue entre les différentes composantes de la scène politique tunisienne, aussi bien la majorité que l'opposition».  En dépit des divergences entre les deux camps quant à l'évaluation de la situation dans le pays lors de la période de transition, les partis politiques tunisiens ont su faire montre de sérieux et de positivité concernant notamment les constantes de la nation, a-t-il estimé.
 Le Forum démocratique pour le travail et les libertés (Ettakatol), présidé par Mustapha Ben Jaafar, participe à l'actuelle coalition gouvernementale en Tunisie conduite par le parti Ennahda.

“Ce qui se passe en Egypte témoigne de la nécessité de lutter contre les projets tyranniques”

Le Bureau politique de l’USFP a tenu sa réunion hebdomadaire lundi. Au cours de celle-ci, le Premier secrétaire du Parti, Driss Lachgar, a fait un exposé évaluant  les travaux de la Commission administrative et du Conseil national qui ont approuvé les décisions organisationnelles et politiques  couronnées par l’intégration du Parti socialiste et du Parti travailliste.
Le Premier secrétaire a également considéré que deux années après l’adoption de la nouvelle Constitution, le gouvernement se trouve, une nouvelle fois encore, confronté à la lourde responsabilité induite par la non application des principes de démocratie et ses répercussions négatives sur la vie politique dans notre pays.
Driss Lachgar a aussi exprimé la fierté du parti d’avoir accueilli la réunion historique du Forum social-démocrate arabe, les 24 et 25 juin dernier. Un Forum qui confirme la reprise de l’initiative par les partis démocratiques, progressistes et socialistes en vue de contrer l’autoritarisme, la tyrannie et l’esprit rétrograde et obscurantiste.  
Ce que vit  l’Egypte aujourd’hui, à savoir une grande révolution populaire contre le projet des Frères musulmans qui s’est accaparé de la révolution du 25 janvier et essayé d’avoir la prééminence sur la société, témoigne de manière palpable, de la conscience populaire quant à la nécessité de contrecarrer les projets tyranniques. Cela nous engage en tant que  force vive et progressiste à soutenir cette marée démocratique pour permettre à la dynamique populaire de retrouver sa voie et pour unifier les rangs démocratiques modernistes.
Après examen des différents développements politiques et organisationnels, les membres du Bureau politique ont estimé que la réussite du processus d’intégration est conditionnée par le déploiement d’efforts à tous les niveaux, surtout ceux régional, provincial, local et sectoriel. Et ce,  afin de réunir tous les moyens et outils d’accueil des militants et de créer une dynamique organisationnelle positive.
Dans ce cadre, un accord a été convenu concernant un ensemble de dispositions et de propositions pratiques au sujet des missions des membres du BP aux niveaux sectoriel et régional. De même qu’il a été décidé d’organiser au cours du mois de Ramadan, des rencontres et des conférences nationales, régionales et locales sur le projet sociétal démocratique escompté et les défis et challenges à l’ordre du jour.
Ces rencontres verront la participation des élites politiques, intellectuelles et des droits de l’Homme dans la perspective de constituer un front fort et multidimensionnel pour imposer la revendication d’une interprétation démocratique de la Constitution et d’un réel traitement des questions économiques et sociales auxquelles aspirent les citoyens en général et les jeunes en particulier.  
S’agissant des événements d’Egypte, le Bureau politique a décidé d’entreprendre  nombre d’actions de solidarité avec les forces démocratiques qui participent au mouvement populaire contre la tyrannie.
Dans la perspective du prochain congrès de la Jeunesse  Ittihadia, le Bureau politique a décidé de poursuivre les préparatifs afin de permettre à l’ensemble des militants  de participer  à la réussite de cette étape et de tenir le Conseil national des femmes ittihadies au cours de la deuxième semaine du mois de juillet.
Le BP s’est penché sur les conditions dans lesquelles se sont déroulés les examens du Baccalauréat exprimant son inquiétude  quant aux dépassements anti-pédagogiques qui ont marqué la lutte contre la triche, ce qui impacté négativement le déroulement des épreuves. Il  a également relevé le faible taux de réussite enregistré lors de la première session estimé à 37%, appelant, par là-même, à la tenue d’un colloque   national sur l’école marocaine consacré à la situation catastrophique dans laquelle se débat notre système d’enseignement.

Les travaux du Forum social-démocrate arabe ont été sanctionnés par la Déclaration de Rabat dont voici le texte:
“Nous partis, membres du Forum social-démocrate arabe, réunis les 24 et 25 juin sur invitation de l’Union socialiste des forces populaires et en application de la décision de la réunion du Caire du 20 janvier 2013, nous exprimons notre entière satisfaction et notre fierté  quant au haut niveau  de la représentation partisane des 12 partis sociaux-démocrates et socialistes du monde arabe, ce qui a constitué un événement historique dans le parcours de notre militantisme commun.   
Nous saluons également le franc et approfondi débat qui a enrichi les séances du Forum, soit au niveau de son identité politique et ses listes organisationnelles, ou en ce qui concerne   la structuration de ses organes relatifs aux femmes et aux jeunes.
Nous rappelons que notre initiative pour la création de ce Forum s’inscrit dans le cadre de la dynamique arabe et des révoltes de nos peuples qui aspirent à la liberté, à la dignité et à la démocratie, elles-mêmes des valeurs fondatrices de ce Forum.  Nous nous inclinons devant les martyrs qui ont perdu la vie sur les champs de bataille face à la tyrannie et au despotisme, et nous annonçons la poursuite de notre adhésion à ce mouvement, et ce à travers la consolidation d’un cadre de coalition du courant social-démocrate dans le monde arabe et la traduction des revendications des peuples arabes en visions renouvelables, en stratégies bien conçues et en programmes politiques  fondés sur les valeurs et les principes communs et ouverts sur la diversité culturelle et le multipartisme politique, à même de renforcer l’Etat de droit et de consolider les valeurs de citoyenneté, de justice sociale et des droits de l’Homme.
Dans ce cadre, le Forum a approuvé le document explicitant sa vision politique, adopté les listes organisationnelles  qui ont permis la création d’un conseil composé de l’ensemble des partis participants ainsi  que la commission organisationnelle et entériné les recommandations de l’Union des jeunes et la commission de la femme qui a annoncé la constitution de ses structures organisationnelles.
Dans le cadre des travaux du Forum, une rencontre sur Al Qods a été organisée, qui a permis de dévoiler les pratiques colonialistes israéliennes, racistes et génocidaires, visant à judaïser cette ville arabe palestinienne.
La rencontre a conclu qu’il est impératif de s’engager dans la voie du militantisme civil en vue de faire face à toutes ces pratiques et de consolider l’identité d’Al Qods en réponse à l’appel du Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires qui a appelé à la clôture de cette conférence, à la recherche de nouvelles formes de militantisme pour imposer des sanctions à Israël, boycotter ses produits et procéder au retrait de ses investissements.
Le Forum a décidé de tenir sa prochaine rencontre à Al Qods occupé et de charger la Commission d’organisation  d’entamer les préparatifs nécessaires pour ce rendez-vous.”
Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

 

Une délégation parlementaire espagnole effectuera, à partir du 24 juin 2013 jusqu’au 26, une visite au Maroc.
Composée d’une dizaine de députés du Parti socialiste espagnol siégeant dans trois parlements régionaux, à savoir, ceux du Pays Basque, de Navarre et de La Rioja, cette délégation sera reçue aujourd’hui au siège central de l’USFP où elle se réunira avec les membres du Bureau politique et les présidents du Groupe socialiste à la Chambre des représentants et celle des conseillers.
A l’issue d’un déjeuner que le Premier secrétaire du parti de la Rose offrira en son honneur, la délégation espagnole sera reçue au siège de l’institution législative par le président de la Chambre des représentants et  celui de la Chambre des conseillers.
Elle aura également des entretiens avec le président du Conseil consultatif Royal pour les affaires sahariennes avant d’être l’hôte d’un dîner offert en son honneur par le président de la deuxième Chambre du Parlement.
Mardi, la délégation s’entretiendra avec le président du Conseil national des droits de l’Homme et sera reçue par la Commission consultative à la régionalisation avant de se rendre au Mausolée Mohammed V et d’avoir des entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

Echanges fructueux avec l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates

Echanges des plus fructueux entre une délégation de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen présidée par Véronique De Keyser, vice-président du Groupe et des dirigeants ittihadis menés par le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar.
Cette rencontre qui a eu lieu jeudi au siège du parti à Rabat  s’inscrit dans le cadre de la visite de travail  au Maroc qu’effectue du 20 au 24 de ce mois  la délégation parlementaire européenne.
Driss Lachgar  qui a eu des entretiens portant sur nombre de questions avec la délégation parlementaire européenne a été accompagné d’Abdelouahed Radi, ex- secrétaire général de l’USFP et président de l’Union interparlementaire (UIP),Habib El Malki, parlementaire et président de la Commission administrative, des membres du Groupe socialiste au Parlement, Ahmed Réda Chami, Abdelali Doumou qui travaille sur des dossiers avec le Parlement européen, ainsi que Mohamed Ameur, chargé de la cause nationale avec le Conseil d’Europe. Ont pris part également à cette rencontre Ouafae Hajji, présidente de l’Internationale socialiste des femmes, Fatiha Seddas, membre du Bureau politique, Younès Moujahid, président respectif du Syndicat national de la presse marocaine et de la Fédération internationale de la presse, Moussaoui Ajlaoui, expert des relations extérieures ainsi que l’ex-ambassadeur Abdelmalek Jaddaoui, chargé des relations extérieures au parti.
Lors de leurs entretiens, les deux délégations ont échangé leurs points de vue sur de nombreux dossiers. C’était l’occasion pour les dirigeants ittihadis de lever le voile sur des questions essentielles relatives au dossier du Sahara marocain, l’Union du Maghreb Arabe, l’avenir de la région de la Méditerranée, les dangers qui guettent la région du Sahel et leurs répercussions ainsi que la sécurité, le crime organisé et le terrorisme.  
Driss Lachgar qui a saisi aussi  cette occasion pour informer la délégation parlementaire européenne des grandes avancées accomplies par le Maroc en matière des droits de l’Homme et des libertés, a tenu à  rappeler cependant que des violations sont toujours de mise. Pour y faire face, l’USFP ne ménagera aucun effort pour la mise en place et le parachèvement  des institutions à même de mettre fin à ces violations. S’agissant de la question du Sahara marocain, il a souligné que le Maroc a toujours exprimé sa volonté de parvenir à une solution négociée et mutuellement acceptable.
Pour sa part, Abdelouahed Radi a rappelé devant la délégation européenne les grandes étapes par lesquelles a dû passer  le conflit artificiel concernant le Sahara marocain et la position du Maroc qui est depuis toujours, favorable à une solution juste, réaliste et conforme aux résolutions des Nations unies. Position que corrobore la présentation par le Maroc du projet d’autonomie du Sahara marocain soutenu par la communauté internationale au moment où le Polisario s’obstine à faire dans la manipulation  évoquant  à mauvais escient les droits de l’Homme, entre autres prétextes qui ne versent aucunement dans le sens d’une solution à un conflit qui perdure depuis 30 ans.

 

Le Conseil national du PS approuve la fusion au sein de l’USFP

En réaction à la création d’une fédération  regroupant le Parti de l’avant-garde démocratique et socialiste (PADS), le Congrès national ittihadi (CNBI) et le Parti socialiste unifié (PSU), le Premier secrétaire de l’USFP, dans une allocution prononcée lors de la tenue, samedi 15 juin à Kénitra, du Conseil régional élargi  du Gharb-Chrarda-Béni Hssein, s’est félicité de cette initiative de nature à renforcer l’émergence d’un front moderniste « Je dis à Benamar, Laaziz et Mounib, qu’on est, à l’Union socialiste des forces populaires,  heureux, ravis et fiers de l’annonce officielle de votre union en fédération et que cette forme de coalition que vous avez créée va faciliter la coordination de nos actions communes en vue de constituer  un front pour défendre les acquis et créer davantage de cumuls en termes de démocratie, de modernité et de progrès », a déclaré Driss Lachgar.
A signaler, par ailleurs, que le Conseil national du Parti socialiste a approuvé, le 16 juin, à l’unanimité le projet d’intégration de cette formation politique  au sein de l’USFP.
A cette occasion, le secrétaire général du PS, Abdelmajid Bouzoubaâ, a, au cours d’une allocution, demandé aux militants de sa formation politique d’aller de l’avant dans cette union pour la faire réussir  et de faire montre de mobilisation et d’engagement conscient et responsable en faveur de l’unité de la grande famille ittihadie, rappelant, par la même occasion, que le congrès national que le Parti socialiste tiendra le 30 juin à Rabat sera consacré à cette question.

 

Rencontre populaire organisée par la Jeunesse Ittihadie à Tétouan

«Nous ne partageons pas les mêmes visions ni les grandes orientations avec la majorité ». Le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, a tenu à réitérer les positions fermes du parti à l’égard de la coalition gouvernementale, au cours d’une rencontre populaire organisée par la Jeunesse Ittihadie à Tétouan.
Pour Driss Lachgar, le choix de l’USFP a été adopté par conviction afin de donner un sens à la notion de l’opposition institutionnelle toute sa dimension consacrée par la nouvelle Constitution. Et de préciser que la position du parti de la Rose au sein de l’opposition émane des urnes, et que son retour au pouvoir passera inévitablement par les urnes et la volonté populaire.
Le dirigeant ittihadi a, par ailleurs, critiqué le gouvernement Benkirane qui n’a pas annoncé jusqu’à présent les dates des élections locales et régionales qui devraient logiquement faire suite aux élections législatives du mois de novembre 2011. Le gouvernement observe  un silence suspect à ce sujet. Et c’est la première fois depuis le gouvernement d’Alternance dirigé par Abderrahman El Youssoufi (1998-2002) que les Marocains ne sont pas informés de l’agenda des élections. Cette situation sème la confusion, le doute voire le malaise. Et cette suspicion s’accentue davantage car, selon lui, le gouvernement tergiverse au niveau de l’opérationnalisation de la nouvelle Constitution. Depuis son investiture en 2012, ce gouvernement n’a présenté que deux parmi les 19 lois organiques qui complètent la Constitution.
Quant à la crise économique et sociale, le Premier secrétaire de l’USFP estime que la sortie de cette situation exige une approche participative de la part du gouvernement. Cependant, « une partie de la majorité préfère l’exclusion et la domination, ce qui va à l’encontre des aspirations de la société marocaine à l’édification d’un cadre institutionnel dans lequel l’Exécutif et l’opposition jouent leur rôle constitutionnel. Cela desservira les intérêts du pays et empêchera de relever les défis politiques, sociaux et économiques actuels et futurs».
Driss Lachgar a également déploré le fait que le gouvernement se contente de discours et de slogans creux pour s’attaquer à la corruption, au lieu de prendre des mesures et d’adopter des lois à même  d’éradiquer ou à tout le moins de réduire  ce fléau.
A noter que plusieurs membres du Bureau politique de l’USFP ont assisté à cette rencontre, notamment Mustapha Ajjab, Soufiane Kheirat, Hanane Rihab, Badia Radi ainsi que les élus de la région de Tanger-Tétouan au sein de la Commission administrative et les membres du secrétariat et des bureaux provinciaux de la région.

Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, a reçu jeudi au siège du parti à Rabat, le militant et résistant Mohamed Abrouk El Alami qui a regagné, le 20 mai dernier, son pays après un exil  de 50 ans.  Ont été présents à cette rencontre, Fatima Belmoudden et Soufiane Khairat, membres respectifs du Bureau politique, Al Moussaoui Ajlaoui et Abdellah Saaidi, membres de la Commission administrative, ainsi qu’Abdelmalek Jaddaoui,  chargé des relations extérieures au sein du parti.  
 A rappeler qu’à son arrivée au Maroc, Mohamed Abrouk El Alami a été accueilli par des membres de sa  famille ainsi que par des militants ittihadis avec à leur tête Mohamed Elyazghi, Abbas Boudarka, Mohamed Sebbar, Mustapha Laktiri, Abdelfattah Sebata et Younès Moujahid qui représentait le Bureau politique de l’USFP et le Syndicat national de la presse marocaine.  Par ailleurs, Abderrahmane Youssoufi et Fathallah Oualalou lui ont rendu également visite à son domicile.  
Mohamed Abrouk El Alami  a regagné son pays avec des documents et un passeport palestiniens en tant que haut cadre de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) qui a, pendant des années, travaillé au sein de l’ambassade de la Palestine à Belgrade, sous le nom d’Issa Al Baghdadi.

Le discours intégral de Mahmoud Abbas devant l'ONU

L'Assasinat de Mehdi Ben Barkha

Abderrahim Bouabid l'homme le militant

Partenaires presse