20 août 2019

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\views\itemlist\view.html.php on line 176

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596
Yazid Berrada

Yazid Berrada

vendredi, 11 janvier 2013 23:27

Qatar soutient l’Egypte de Morsi

Le Qatar a décidé d’apporter un soutien financier de 2,5 milliards de dollars au gouvernement de Morsi afin de l’aider à faire face à sa crise monétaire. Le soutien du Qatar prendra la forme, selon l’agence officielle égyptienne MENA «  d’un dépôt de 2,5 milliards de dollars auprès de la banque centrale égyptienne ».

La livre égyptienne ne cesse de perdre sa valeur devant le dollar. Cette chute a été due essentiellement à l’instabilité politique ainsi que l’épuisement des réserves de change de la banque centrale. En effet, les réserves égyptiennes ont diminué depuis la chute du président Hosni Moubarak.

L’Egypte craint de ne plus pouvoir honorer ses engagements financiers internationaux et de maintenir ses importations de produits de première nécessité, en l’occurrence le blé et les carburants raffinés.

Par ailleurs, des discussions entre Le Caire et le Fonds monétaire international (FMI) devraient reprendre dans deux à trois semaines afin de renégocier un pret de 4,8 milliards de dollars.

jeudi, 03 janvier 2013 23:31

AU REVOIR 2012 !

L’année 2012 s’est achevée dans un climat d’affaires très morose. Bank Al Maghrib a demandé aux banques d’adopter une politique de provisionnement très prudente, en prévision d’une sinistralité plus grande. C’est dire si l’angoisse concernant les entreprises, industrielles en particulier, est grande. Le Maroc ne peut se permettre de laisser grimper  le taux de chômage, par une destruction massive d’emplois. L’exécutif pour l’instant, n’a pas l’adhésion des partenaires sociaux, tout simplement parce qu’il ne propose aucune stratégie réelle et se contente de gérer le quotidien. Le risque, c’est de laisser la crise s’installer avant de commencer à réfléchir à une batterie de mesures pour la relancer.

La fiscalité et le financement bancaire sont souvent mis en avant dans le cahier revendicatif, à la fois des entrepreneurs et des syndicats représentant les salariés. Il s’agit d’handicaps sérieux. Mais le mal est plus profond .Le Maroc ne dispose pas d’une véritable politique industrielle. La compétitivité est trop faible pour résister au choc des accords de libre-échange. Du coup, un savoir-faire risque de s’envoler et faire dépendre des secteurs entiers des importations, le BTP en premier. Pour construire les tramways, tout ou presque est importé. Or il y’a 30 ans, la SCIF, filiale de l’ONCF maîtrisait la production de tous ce qui concerne le transport ferroviaire. Elle a été sacrifiée dans le cadre du programme d’ajustement structurel. Il faut dépasser les chiffres globaux d’une croissance tirée par l’investissement public et l’immobilier pour s’intéresser aux difficultés réelles. Dans un pays où les qualifications sont rares, il serait suicidaire de tout miser sur les services.

Les réformes de l’Education, la justice et l’administration sont toujours lettre morte. Les problématiques sont réellement complexes, on ne peut que le constater. Mais le courage politique fait lui aussi défaut, tout simplement parce que pour réformer, il faut secouer le mammouth, affronter les corporatismes. On peut émettre le vœu de voir les réformes structurelles engagées l’année prochaine pour améliorer la visibilité et restaurer la confiance.

 

Le président américain, Barack Obama, a affirmé lors d’un entretien diffusé dimanche 30 décembre que la cause majeure de la crise du « mur budgétaire » réside essentiellement dans le refus des Républicains à augmenter les impôts pour les plus aisés.

Des réunions se sont tenues entre les membres du Sénat, dominé par les démocrates, et la chambre des représentants dans laquelle siège une majorité républicaine et ce afin de trouver un compromis acceptable par les deux parties.

Une réunion entre le conseil d’administration de la CGEM et le chef du gouvernement a été tenue mercredi 19 Septembre 2012 au siège de la CGEM.

La thématique de cette rencontre a été axée sur : « CLIMATS DES AFFAIRES AU MAROC » .Quatre priorités primordiales ont été retenues, en l’occurrence  «  la fluidification de l’acte d’investir et d’entreprendre, le droit et le coût du travail, les difficultés de trésorerie, l’équité fiscale ainsi que l’égalité des chances dans le monde économique». 

 

Par ailleurs, d’autres points ont été soulevés, il s’agit notamment de la TVA, du droit de grève, du code du travail et de la justice.

Mme Nazha Bensalah Chaqroun, patron des patrons, a salué les efforts du gouvernement. De son coté, Mr Benkirane s'est félicité du niveau de coopération et de dialogue avec la CGEM

Une assemblée générale de l’Organisation des nations unis s’est tenue, le mercredi 26 septembre, où plusieurs sujets ont été traités, en l’occurrence la crise au Mali et l’état d’avancement du dossier Syrien.

Mahmoud Ahmadinejad soutient le régime de Bachar Al-Assad

La communauté Internationale et Téhéran ne s’entendent plus. En effet ; les occidentaux accusent l’Iran d’avoir soutenu le régime de Bachar al Assad et appellent à de nouvelles sanctions contre Damas. De son côté le président français, François Hollande, considère l’intervention de l’Iran dans le dossier Syrien comme étant une situation inacceptable.

Le Qatar appelle à une intervention militaire des pays arabes en Syrie

L’Egypte a proposé le lancement d’un groupe de contact régional sur la Syrie. Ce groupe serait constitué de l’Iran, l’Arabie Saoudite et la Turquie. De son coté, le Qatar a proposé une intervention militaire des pays Arabe. Une réunion ministérielle a été dédiée aux « Printemps arabes ».

Paris demande une intervention militaire au MALI

De son coté François Hollande s’est arrêté sur le dossier du MALI et a tenté d’intéresser ses alliés occidentaux à l’importance de ce sujet.

Par ailleurs, une réunion entre les dirigeants français, béninois, tobogolais, sud-africain, nigérien et tunisien ainsi que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki’Moon, a eu lieu et une nomination d’un envoyé spécial à Mali a été  entérinée

Le président de la commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme (CNCPPDH), Monsieur Farouk Ksentini, a dénoncé a Alger les poursuites judiciaires a l’égard des militants des droits de l’Homme en Algérie. M. Farouk ksentini a précisé qu’il s’agit de « maladresses de la part de personnes qui ont la capacité de poursuivre judiciairement et non d’une politique voulue du gouvernement de persécuter les militants des droits de l’Homme ».

M.Ksentini a déploré ces condamnations jugées inutiles. Le président de la CNCPPDH s’exprimait sur la 7e rencontre du dialogue arabo-européen sur les droits de l’Homme sous le thème « La participation populaire et le rôle des institutions nationales des droits de l’Homme »

Plusieurs pays ont participé à cette rencontre notamment l’Algérie, le Maroc, La Mauritanie, l’Egypte, la Palestine, la Jordanie, l’Allemagne, la Norvège, la Grèce et le Danemark. Une rencontre qui a réuni des militants des droits de l’Homme, des représentants de la société civile et de certains ministères.

Une série d’intervention a eu lieu lors de cette rencontre en l’occurrence celles du président de Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme et du représentant de la Commission d’orientation du dialogue arabo-européen des droits de l’Homme. L’objectif de cette rencontre a été de mettre en place un code de conduite en relation avec le programme du dialogue arabo-européen sur les droits de l’Homme.

Le discours intégral de Mahmoud Abbas devant l'ONU

L'Assasinat de Mehdi Ben Barkha

Abderrahim Bouabid l'homme le militant

Partenaires presse