22 avril 2019

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 226

Warning: Creating default object from empty value in C:\Inetpub\vhosts\usfp-grandcasa.net\httpdocs\fr\components\com_k2\models\item.php on line 596
lundi, 20 mai 2013 13:50

Communiqué du Bureau politique de l’USFP .... 20 mai 2013

Écrit par  BP USFP
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Bureau politique impute la responsabilité pleine et entière de l’échec de la majorité au chef du gouvernement
 
 
Le Bureau politique de l’USFP a tenu, lundi, sa réunion hebdomadaire consacrée à l’examen des derniers développements sur la scène politique, des questions organisationnelles et au dialogue avec les partis de la famille ittihadie.
Le Premier secrétaire, Driss Lachgar, a fait un exposé devant les membres du Bureau politique sur les répercussions engendrées par la décision du Conseil national de l’Istiqlal de se retirer du gouvernement et sur les positions prises par les différents partis politiques, mettant en garde contre la gravité de la crise politique que traverse notre pays, ainsi que ses conséquences politiques et sociales. Lesquelles conséquences se répercuteront sans aucun doute sur la vie des citoyens et influenceront la stabilité et l’avenir du pays.
Le Premier secrétaire considère que la présidence du gouvernement s’est montrée incapable depuis son investiture à gérer l’étape politique actuelle, marquée par la mise en application d’une nouvelle Constitution qui nécessitait une approche démocratique pour son opérationnalisation  et une volonté pour traiter les grands handicaps qu’affronte notre pays. Il a indiqué, à ce propos, que c’est ce qui a manqué au parti qui conduit le gouvernement, mettant à profit sa position dans les rouages de l’Etat pour  renforcer son poids électoral. Driss Lachgar a tenu à rappeler le processus systématique quant à la non-promulgation des lois accompagnant la Constitution et ce, en recourant à la majorité numérique  pour refuser toutes les propositions législatives présentées par l’opposition au Parlement. Il a fait part aux membres du Bureau politique de la décision du parti de reporter la séance mensuelle de cette semaine en attendant que l’opinion publique puisse se faire  une idée claire sur la situation actuelle de la coalition gouvernementale  et sur la crise politique que traverse notre pays.
Le Bureau politique a examiné exhaustivement la crise politique, tout en rappelant les scénarios probables, la gravité de l’étape dans un cadre confus qui caractérise le paysage politique, devant le silence du chef du gouvernement et le dédain dont il fait preuve à l’égard des questions qui concernent le peuple. Les dirigeants de son parti ont opté pour des polémiques stériles dans le but de détourner l’attention sur l’échec qui marque l’actuelle expérience gouvernementale.
Le Bureau politique a imputé la responsabilité pleine et entière au chef du gouvernement concernant l’échec de la majorité, la marginalisation de l’opposition et la prise unilatérale des décisions importantes qui nécessitent une approche participative et concertée. Le BP a appelé à la nécessité de défendre l’approfondissement des réformes et l’opérationnalisation de la Constitution pour sortir le pays de l’impasse.
 Par ailleurs, le Bureau politique a vigoureusement  dénoncé la prolifération du discours populiste dans le débat autour des affaires publiques de notre pays, précisant que ce discours a débuté avec l’actuelle  expérience politique.  Le BP considère que l’instauration de ce nouveau discours politique engendre la désaffection  du citoyen à l’égard de la politique et la banalisation des élites.
Le Bureau politique s’est dit surpris par le silence du chef du gouvernement au sujet des déclarations contre notre intégrité territoriale et le Comité Al Qods de la part de certains responsables des gouvernements ou des partis arabes qui ont le même référentiel que le PJD.
Le Bureau politique dénonce les dispositions de l’arrêté n°25.95.12, établi entre le ministre de la Jeunesse et des Sports et le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances. Laquelle décision consiste à augmenter les prix des services fournis par le ministère de la Jeunesse et des Sports alors que la Constitution prône l’encouragement de la société civile et des jeunes potentialités.

 

Lu 1243 fois
Se connecter ou s'enregistrer pour pouvoir commenter et poster vos commentaires, en haut de la page (connexion).

Le discours intégral de Mahmoud Abbas devant l'ONU

L'Assasinat de Mehdi Ben Barkha

Abderrahim Bouabid l'homme le militant

Partenaires presse